samedi 6 février 2016

Hong Kong : surcharge DP





D P , pour The Daily Press, journal de langue anglaise à Hong Kong, qui a publié à partir de 1857 pendant environ 80 ans.
Il s’agit d’une surimpression privée appliquée par le Hong Kong Daily Press pour empêcher les employés de vendre des timbres de la société ou de les utiliser sur la correspondance privée. Ce ne fut pas une pratique rare dans l'Empire britannique (voir note de « Cave » au Ceylan sur le site principal Grose Educational Media).
Ces timbres sont souvent disponibles sur eBay, Delcampe et autres revendeurs avec une petite plus-value sur prix catalogue du timbre normal.


 
Edward VII, couleur centrale différente du cadre

Il s’agit d’un timbre détérioré; on en trouve assez régulièrement.
Le timbre était imprimé en deux fois.
Un passage pour le cadre, ensuite le centre.
Cette méthode permet des impressions bicolores quand les différentes valeurs d’un même timbre sont nombreuses.
Il est aussi plus facile de remplacer le sujet central à l’occasion d’un changement de souverain.
Dans le cas présent, les philatélistes qui en discutent sur les forums sont majoritairement d’accord pour dire que l’imprimeur De La Rue a utilisé deux encres différentes. Il semblerait, sans que ce soit vérifié, que l’intention de l’imprimeur était de faire en sorte que les timbres qui avaient échappés intentionnellement à l’oblitération par des postiers indélicats, une fois lavés ne pouvait plus être utilisés.
Nous retrouvons ici la même raison que pour « Cave » au Ceylan et « DP » à Hong Kong.


ce timbre à le 2 "sécurité !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire