jeudi 18 octobre 2018

Paris - Marché aux timbres


Les philatélistes se donnent rendez-vous trois fois par semaine à deux pas des Champs-Élysées. Négociants professionnels et particuliers y vendent, pour tous les budgets, timbres, télécartes et cartes postales. 

Après la parution du 1er timbre-poste français en 1849 la philatélie se développait rapidement.
A Paris, les jeunes collégiens collectionneurs prennent dès 1860 l'habitude de se rencontrer dans les jardins du Palais-Royal pour y faire des échanges.
La bourse aux timbres est née.
Mais en 1864, ces grands rassemblements attirant quelques éléments indésirables, la bourse est interdite. C'est en 1887 qu'un riche collectionneur de timbres lègue le terrain du Carré Marigny à la Ville de Paris à condition qu'elle y autorise l'implantation d'une bourse de timbres de plein air.
Le marché aux timbres de Paris est une véritable caverne d'Ali Baba pour tous les passionnés du timbre, quel que soit leur budget. Il se situe à l'angle des avenues Marigny et Gabriel au métro Champs Elysées. Il est ouvert les jeudis, samedi, dimanche et jours fériés toute la journée de 9h à 19h. Vous y trouverez les stands des négociants professionnels, mais aussi des particuliers qui vendent ou échangent timbres-poste, télécartes, cartes postales.  

Horaires d'ouverture : Jeudi, samedi, dimanche et jours fériés, 9h-19h.
Adresse : Avenue Marigny – Angle des avenues Marigny et Gabriel
75008 Paris - Champs-Élysées - 8e Arrondissement
Métro : Champs-Élysées - Clemenceau, ligne 1,13



mardi 25 septembre 2018

Espagne : Ceuta et Melilla



Encore un timbre absent du catalogue Yvert. Timbre surchargé Ceuta (prononcé Selta). 
Ceuta est une ville autonome d'Espagne de 18,5 kilomètres carrés et une enclave située sur la côte nord de l'Afrique du Nord et entourée par le Maroc. Séparé de la péninsule ibérique par le détroit de Gibraltar, Ceuta se situe à la frontière de la mer Méditerranée et de l'océan Atlantique.
Ceuta ainsi que l’autre enclave espagnole Melilla sont les seuls territoires espagnols situés en Afrique continentale. Elle était considérée comme faisant partie de la province de Cadix avant le 14 mars 1995, date à laquelle le statut d'autonomie de la ville a été adopté.
Ceuta (comme Melilla) était un port franc avant que l’Espagne ne rejoigne l’Union européenne. En 2008, elle comptait 75 276 habitants. Sa population comprend des chrétiens, des musulmans (principalement des arabophones marocains) et de petites minorités de juifs et d'hindous. L'espagnol est la langue officielle.
Le Maroc avait déjà appelé à des négociations sur l'avenir de Ceuta, Melilla et d'un certain nombre d'îles et d'enclaves méditerranéennes qui le bordent. La majorité de la population de la ville est d'origine espagnole et s'oppose à l'idée d'être gouvernée par le Maroc. Un sondage effectué par l'Instituto Opina a révélé que 87,9% des habitants de l'Espagne continentale considèrent que les deux villes sont espagnoles.
Nous ne trouvons rien de particulier en matière d’affranchissement pour Ceuta & Melilla. Pour les Espagnols, les deux villes sont les mêmes que celles du continent et traitent le courrier comme tel.
L'Espagne fait très attention à ne donner à l'étranger aucun indice sur leur géographie (Afrique continentale) ou leur véritable statut (colonial).

Quelqu'un qui regarde une lettre ou une carte postale de Ceuta ou de Melilla pensera qu’il s’agit d’une ville du sud de l’Espagne comme Malaga ou Cadix. C'est leur but.
Pour un espagnol, il n'y a pas de différence entre Ceuta et, disons, Albacete ...
Melilla : HISTOIRE
1497: Melilla est conquise par la maison ducale de Midina Sidonia, avec la bénédiction de la couronne espagnole.
1556: l'Espagne prend officiellement le contrôle de Melilla.
1562: Attaquée par des tribus des montagnes du Rif et assiégée pendant trois ans.

1687: première des trois attaques effectuées par le sultan Moulay Ismail du Maroc. Les deux autres sont venus en 1696 et 1697.
1771: siège de Melilla par le sultan Muhammadu bni Abdallah.
1774: Un autre siège de Melilla par le sultan Muhammadu bni Abdallah.
1780: Accord d'Aranjuez entre le Sultan marocain et le roi espagnol, ce qui fait que le Maroc accepte l'existence de Melilla, mais sur un territoire plus petit qu'avant.
1860: le territoire de Melilla est étendu après une campagne militaire espagnole au Maroc.
1893-4: Guerre de Melilla, suite à un conflit entre Melilla et des tribus des montagnes du Rif.
1909: Les Espagnols prennent le contrôle de l'arrière-pays de Melilla, avec les régions d'Oued Kert et d'Oued Molouya.
1926: Attaque par des membres de la tribu du Rif, qui s'apprêtent à s'emparer de la ville elle-même.
1936 17 juillet: Melilla est la première ville espagnole à se soulever contre le gouvernement, ce qui marque le début de la guerre civile espagnole.
1978: le roi Hassan 2 du Maroc revendique Melilla et Ceuta.
1983 mars: blocus marocain de Melilla, ainsi que de Ceuta.
1988: Signature d'un accord bilatéral entre l'Espagne et le Maroc sur la coopération économique.
1994 septembre: l'autonomie n'est pas entièrement approuvée par le gouvernement espagnol. Cela conduit à la création d'une assemblée locale de 25 membres, similaire à celle des conseils municipaux en Espagne.

PDF : ICI

samedi 22 septembre 2018

Portugal : Monarchie du Nord.


Voici encore un timbre qui m’a demandé quelques recherches, mais pas trop difficiles. J’ai pensé à le montrer à mon correspondant au Portugal.
Voici sa réponse.
Du 19 janvier au 13 février 1919, le nord du Portugal était sous un régime révolutionnaire appelé la monarchie du nord.

Quatre timbres ont été émis, 2½r., 5r., 10r. et 35r., qui n'ont pas circulé.
C'est l'un d'eux. Pour le catalogue portugais (Afinsa), chacun vaut 1,00 €.

La Monarchie du Nord désigne la tentative de restauration monarchique qui s'est déroulée dans le Nord du Portugal de janvier à février 1919.
Le mouvement est mené par Henrique Mitchell de Paiva Couceiro. Cependant faute de soutien populaire et à cause d'une mauvaise organisation, le mouvement s'effondre le 14 février 1919.
Nombre de participants à cet épisode politique appartiennent au groupe de l'Intégralisme lusitanien. Son dévouement à la cause monarchiste et son adhésion à l'Intégralisme le conduisirent plusieurs fois à l'exil, avant et même après l'avènement de l'Estado Novo.
(Régime corporatiste autoritaire de la Deuxième République, 1933 à 1934, assimilé à une forme de dictature et de fascisme).