mardi 30 avril 2019

La Poste … au paradis !



Pour souhaiter l’anniversaire de son père disparu, Jase, 7 ans, a posté une lettre avec comme adresse … le paradis.
Le petit Écossais a reçu une réponse touchante de la part d’un postier, qui lui assure que son courrier est arrivé à destination.
Le service postal britannique a fait une belle surprise
à un petit garçon. Jase, 7 ans, a envoyé il y a quelques semaines une carte d’anniversaire à son père décédé. Il l’a adressée « au paradis ». Il a inscrit sur l’enveloppe ce message : « M. le postier, pouvez-vous emporter ça au paradis pour l’anniversaire de mon père ? Merci. »
Mercredi 28 novembre, le garçonnet a reçu une réponse d’un postier de la Royal Mail à son domicile à Blackburn, en Écosse. La lettre, publiée sur Facebook par la mère de Jase, Teri Copland, a été écrite par un dénommé Sean Milligan : « Je voulais juste profiter de l’occasion pour vous contacter et vous expliquer comment nous avons réussi à livrer votre lettre à votre père au paradis. Ce fut un défi d’éviter les étoiles et autres objets galactiques sur la route du paradis. »
Heureusement, le postier a accompli sa mission : « Soyez assuré que votre courrier particulièrement important a été livré. […] Je sais combien votre courrier est important pour vous. Je continuerai à faire tout ce que je peux pour assurer la livraison au paradis en toute sécurité. »
Teri Copland, a été particulièrement émue par ce geste. Dans son post, partagé plus de 250 000 fois, elle remercie chaleureusement la Royal Mail pour son fils : « Je ne peux pas dire à quel point il est ému de savoir que son père a reçu sa carte…. Vous n’aviez pas à faire cet effort, vous auriez pu l’ignorer… Mais ce que vous avez fait pour un petit garçon que vous n’avez jamais rencontré est tellement beau ! » D’après sa mère, interviewée par Edinburghlive, Jase veut maintenant devenir postier car « ils doivent traverser des endroits très dangereux pour livrer le courrier ».

Publié le 7 décembre 2018 par Sylvain : https://philapostelbretagne.wordpress.com/

Le Liechtenstein fête ses 300 ans


Le 23 janvier 2019, la Principauté de Liechtenstein a fêté ses 300 ans d’existence.
Le timbre spécial « 300 ans du Liechtenstein » (valeur 6,30 CHF) marque cette journée historique.
Pour la première fois, la Poste du Liechtenstein a émis un timbre brodé.
Ce timbre est autocollant et se présente sous la forme d’un chapeau ducal.
Il a été réalisé par le fabricant de broderies Hämmerle & Vogel à Lustenau.

vendredi 15 mars 2019

Enlever la rouille des timbres - La rouille fongique


Lorsqu’ils sont stockés ou expédiés dans des endroits où le taux d’humidité est élevé les timbres "rouillent". Cette rouille, qui se matérialise par des tâches brunâtres qui apparaissent à sa surface, est provoquée par un champignon  qui n’a rien à voir avec celle du fer. Ces champignons sont extrêmement contagieux.
Les timbres-poste expédiés pour emploi dans les colonies à la fin du XIXème et au début du XXème siècle, étaient fréquemment soumis à des conditions climatiques favorables au développement de la rouille. Si vous récupérez un vieil album avec des traces de rouille sur les pages, récupérez les timbres que vous pouvez, mettez-les en quarantaine pour voir s’ils sont atteints... et jetez l’album !
Ci-dessous : Penicillium sp, genres affectionnant les livres et autres papiers
La cellulose est un composé organique produit par les végétaux, par conséquent il existe des hétérotrophes capables de digérer ce polymère. Les ruminants ne sont que les plus macroscopiques mais ce ne sont pas les plus dangereux pour les papiers. Les nuisibles au patrimoine  philatélique sont les bactéries et les champignons cellulosiques.
Ces espèces microscopiques se développent sur tous support cellulosique, se multipliant en consommant la cellulose de leur environnement proche.

Si les timbres sont neufs (avec gomme)... il faut renoncer à garder la gomme...
S’ils sont oblitérés, le traitement est très efficace et (presque) sans danger pour les timbres. Certaines encres à l’aniline ne le supportent pas toujours. Il faut donc faire un essai préalable sur un timbre similaire mais sans valeur (dent manquante ou déchiré par exemple).
Voilà la recette.
C’est la formule employée par Lindner pour les produits qu’il commercialise fort cher !
Solution A : solution à 3% de permanganate de potassium
Solution B : solution à 3% d’acide citrique A commander chez votre pharmacien le plus proche... c’est le moins cher et le plus fiable. De plus, il vous fournira ça avec des compte-gouttes. Prévoir le double de solution B, car elle "s’use" plus vite...
Il faut opérer sur les timbres 1 par 1, en surveillant attentivement...
Mettre le timbre à traiter dans une petite soucoupe à fond plat le recouvrir avec la première solution au compte-gouttes le laisser tremper 1 à 2 minutes, pas plus, en le retournant de temps en temps, pour s’assurer qu’il n’y a pas de bulles d’air qui l’empêchent d’agir par endroit : pas de panique, il va devenir violet, et les traces de rouille noires !! le sortir de la solution A (basique) et le transférer dans un petit récipient contenant de la solution B (acide) en quantité suffisante pour pouvoir l’y agiter commodément... le laisser tremper en l’agitant un peu dans la solution B pour environ 5 à 10 minutes... jusqu’à ce qu’il ait entièrement repris sa couleur d’origine... la rouille s’en va toute seule... une fois que le timbre est nettoyé, le rincer abondamment à l’eau claire et courante, pour éliminer tout l’acide citrique (c’est là que la gomme disparaît s’il y en avait...).
Ce procédé n’acidifie pas le timbre, car les deux solutions se neutralisent l’une l’autre... et n’abîme pas la structure des fibres du papier, contrairement à l’eau de javel... De plus, il nettoie aussi les timbres de traces et de saletés accumulées, comme les marques faites par la gomme infiltrée...Si un premier traitement est insuffisant, on peut recommencer... Il vaut toujours mieux faire deux traitements brefs qu’essayer de prolonger le traitement... Le papier risquerait d’être brûlé...

Pour en savoir plus sur la rouille et d’autres moyens d’éradication, lire aussi l’article : Philatélie physico-chimique - II - La cellulose, constituant du papier.