dimanche 15 mai 2016

Timbres BCK



Société de Chemins de Fer du Bas Congo au Katanga

Les noms repris dans cet article sont ceux existants avant l’indépendance du Congo.
Leurs noms actuels sont indiqués entre parenthèse.
Stanley
 
A la fin du 19e siècle, de gigantesques gisements cuprifères sont découverts dans le sud-est du territoire du Congo à savoir le Katanga, région quasi inaccessible et peu hospitalière qui ne disposait pratiquement d’aucune liaison avec le monde extérieur en dehors de cours d’eaux à peine navigables. Les marchandises transportées par cette voie devaient éviter de nombreuses fois les rapides et dès lors être transbordées avant  d’atteindre la mer. 
La ligne de chemin de fer la plus proche  était installée à Bulawayo (terminus de la  ligne vers Le Cap) à plus de 1500 kms d’Elisabethville (Lubumbashi). Ainsi que le soulignait Morton Stanley : «  sans le chemin de fer, le Congo  ne vaut pas un penny »    
  
Le roi Léopold II va dès lors consacrer toute son énergie mais  également une grosse partie de sa fortune personnelle pour  désenclaver le Katanga.                                                        
Sera fondée en 1902 « La Compagnie du Chemin de Fer du Katanga » qui s’attellera  à faire une étude, en collaboration avec les  Britanniques pour construire une ligne qui irait d’Elisabethville (Lubumbashi) à Broken Hill (actuellement Kabwe sur la ligne du Cap qui avait été prolongée) et une autre ligne qui irait dans l’autre sens vers Bukama sur le fleuve Lualaba (affluent du fleuve Congo). 
La première solution était loin d’être idéale car elle était située pratiquement dans son intégralité en territoire étranger (à l’époque la Rhodésie du Nord sous domination anglaise, actuellement  Zambie) 
C’est donc vers une ligne intérieure que l’on se dirigera avec comme but une liaison avec le Bas Congo sur un trajet de 2000 kms. Un projet colossal compte tenu des difficultés du terrain et du climat. De plus il existait peu de cartes fiables.
La ligne n’irait que jusqu’ Port Francqui (Ilebo) sur le fleuve Kasaï et de là, les marchandises pourrait atteindre Léopoldville (Kinshasa) sans problèmes par le fleuve.
En 1918 la ligne partant d’Elisabethville (Lubumbashi)  atteignit Bukama et en 1928 Port Francqui (Ilebo) fut atteint. Le réseau fut encore complété en 1931 par la section Tenke-Dilolo (située à la frontière avec l’Angola avec possibilité de raccordement avec la ligne vers Lobito sur l’Océan Atlantique).  Dans le courant des années ’50 une section fut construite de Kamina vers  Kabongo avec une autre liaison permettant d’atteindre Albertville (Kalemie) sur le lac Tanganyka. Après l’Indépendance en 1960, plusieurs compagnies fusionnèrent pour former la Société nationale des Chemins de fer Zaïrois. (SNCZ)

Timbres BCK
En 1942, furent émis par le BCK 6 timbres (valeurs 1-2-3-4-5 et 10 frs) destinés pour l’affranchissement d’envois «  petits colis » .Les vignettes étaient apposées sur les lettres de voiture accompagnant le colis et estampillées. La locomotive reproduite sur ces vignettes est un type 300 construite par la société « Franco-Belge » de La Croyère.
 

 En 1950, une nouvelle série  de 11 valeurs fut émise. Le format était plus petit que la série précédente.  Ces valeurs furent utilisées en 1967 pour être surchargées de la nouvelle monnaie en circulation à savoir le kuta. 

Des dévaluations successives amenèrent  de nouvelles surcharges sur des vignettes déjà surchargées. 
Finalement, le stock de timbres fut épuisé et ne furent plus réimprimés.

Ces vignettes  se retrouvent dans le COB   « Congo Belge – à colis postaux » 

André Forton, mise en page Pierre Santy.

Sources : - «  De Spoorwegzegels van Belgisch Congo »  par Monsieur O.Cooremans
                                                                                           (De Postzegel nr 4 - avril 1981)
                 -    Site existant sur internet « BCK-KDL »   
                 -    Atlas du Katanga publié par le CSK - Comité Spécial du Katanga   




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire